Championnats du monde de lecture rapide 2021 : c’est parti !

J’ai pu faire récemment la connaissance de Nicolas Lisiak, l’un des principaux spécialistes de la lecture rapide dans le monde francophone.

L’occasion de lui poser quelques questions sur l’édition 2021 du championnat du monde de lecture rapide et de mind mapping, dont il est l’un des principaux organisateurs.

Championnat pour lequel j’aurai l’opportunité d’être arbitre !

Nicolas Lisiak

Je lis vite : Bonjour Nicolas ! Est-ce que tu pourrais te présenter rapidement, pour ceux qui ne te connaissent pas ?

Nicolas Lisiak : Bonjour à tous ! Je m’appelle Nicolas Lisiak. Je suis vice-champion du monde de lecture rapide, et animateur du site passion d’apprendre.

Je suis Polonais, marié à une Française.

J’habite en Pologne, où j’enseigne, mais je fais de fréquents séjours en France.

Je suis l’un des principaux organisateurs des championnats de lecture rapide et de mind mapping.


JLV : Quand aura lieu l’édition 2021 ?

NL : Cette année, les championnats auront lieu en ligne, les 29 et 30 mai 2021.

Il s’agit en fait d’un double championnat de lecture rapide et de mind mapping.

Le championnat de France se déroule le même jour que les championnats d’Europe et du Monde.


JLV : Peut-on s’inscrire à la fois aux championnats de France et aux championnats du monde ?

NL : Oui, bien sûr. On peut même concourir aussi au championnat d’Europe ! On peut donc, le même jour, s’inscrire et de participer aux 3 championnats à la fois : de France, d’Europe et du Monde.

Nous avons aussi créé, pour les candidats francophones, des catégories « enfant » et « adolescent », avec des livres plus courts et plus simples.


JLV : Qui sont les organisateurs de cette édition 2021 ?

NL : Les organisateurs sont l’APAC (Association pour l’apprentissage et le cerveau), dont je suis le président, et le GOMSA (Guild of mind sports arbiters).

L’APAC a été fondée par Jérome Hoarau, champion du monde de mind mapping, et moi-même. Nous avons été plus tard rejoints par Mohamed Koussa, champion du monde de lecture rapide.

L’APAC a déjà organisé les championnats de France de lecture rapide 2020, qui ont eu lieu en ligne, Covid oblige.

Le GOMSA est, lui, présidé par Phil Chambers, champion du monde de mind mapping. Il est secondé par Elaine Colliar, elle aussi championne du monde de mind mapping.

Phil Chambers et Elaine Colliar sont des anciens de la « maison Buzan » qui, historiquement, organisait ces championnats du monde.

Phil Chambers

Elaine Colliar

Tony Buzan est l’inventeur du mind mapping et l’un des principaux promoteurs de la lecture rapide dans le monde. Il est décédé en 2019.

Tony Buzan

JLV : Qui peut concourir ?

NL : L’épreuve est ouverte à tous les candidats. Le nombre de places n’est pas limité.

Nous avons voulu que le montant demandé pour s’inscrire soit très faible : il est de 10 euros seulement pour la lecture rapide.

Nous souhaitons vraiment que tout le monde puisse participer à cette épreuve, quels que soient les moyens dont il dispose.

Il ne s’agit pas de faire de l’argent. C’est vraiment une fête, la fête du cerveau.


JLV : Vous attendez combien de candidats ?

NL : Nous attendons plus de 500 personnes cette année.

La dernière édition du championnat du monde, qui a eu lieu en Chine en 2019, avait rassemblé 200 personnes.


JLV : Quelles seront les nationalités présentes ?

NL : De nombreuses nationalités sont attendues. Nous avons en ce moment toute une équipe de traducteurs qui fait un boulot formidable pour traduire le livre qui servira pour l’épreuve dans les principales langues du monde : anglais, chinois, arabe, russe, espagnol, allemand, italien, polonais, portugais.


JLV : Faites-vous une différence entre les langues, compte tenu de leurs difficultés respectives ?

NL : Aucune différence n’est faite entre les langues : tout le monde est logé à la même enseigne.


JLV : Les candidats sont-ils formés à l’épreuve ?

NL : La plupart des candidats viennent en équipes et ont été coachés par un formateur en lecture rapide.

Certains ont suivi une formation spéciale (payante) ; d’autres ont été entraînés par leur professeur de lycée.

Nous aurons ainsi des candidats venus de lycées de Guyane française, Martinique, Nouvelle-Calédonie et bien sûr de métropole !

Enfin, nous avons aussi une minorité de candidats qui s’inscrivent en candidats libres, sans être passés par une formation spécifique au championnat.


JLV : En quoi consiste l’épreuve ?

NL : L’épreuve consiste en la lecture d’un livre de 50.000 mots (soit environ un livre de poche de 200 pages) en deux heures maximum, puis à la réponse à une vingtaine de questions de compréhension.

Cette année, le livre sera le même pour tous les candidats.

C’est une innovation majeure car les années précédentes, les livres étaient différents selon les langues. Cela avait donné lieu à un litige lors de l’édition 2019. Cette année-là, certains s’étaient plaints que les Chinois avaient été avantagés car leur livre était beaucoup plus simple que celui proposé aux autres candidats. Il paraît même qu’il contenait des illustrations…

Toute la difficulté est de trouver un livre qui soit déjà écrit, mais pas encore édité.

En effet, pour écarter la possibilité qu’un candidat ait pu lire le livre avant l’épreuve, il convient de choisir un ouvrage qui n’est pas encore paru !


JLV : Concrètement, comment se déroulera cette épreuve en ligne ?

NL : Le candidat recevra son livre sur l’application spécialement conçue pour le championnat (proche d’un Kindle ou Kobo). Il ne pourra se connecter qu’à partir d’un seul appareil.

Au moment du début de l’épreuve, il pourra cliquer sur un bouton pour commencer sa lecture. Cela déclenchera un chronomètre. Au bout de deux heures de temps, le livre ne sera plus accessible sur l’application.

La prise de notes est autorisée pendant l’épreuve.

Si le candidat a fini sa lecture avant l’expiration du délai, il clique sur un bouton et cela arrête le chronomètre.

Il peut alors commencer son épreuve de questions, pour laquelle il dispose de 30 minutes.

Il y a 20 questions ouvertes, auxquelles on doit répondre en une ou deux phrases.

Chaque question est notée sur cinq points. On peut obtenir tout ou partie des 5 points, en fonction de la précision de la réponse. Cela donne un score total de compréhension exprimé sur 100.


JLV : Comment sont calculés les scores ?

NL : Le score obtenu par le candidat est un mixte entre sa vitesse de lecture et son score de compréhension.

On prend la vitesse de lecture du candidat, exprimée en mots par minute. On la multiplie par son taux de compréhension.

Par exemple, pour un candidat qui aurait lu le livre en 1h30, et qui aurait obtenu 80 sur 100 à l’épreuve de compréhension :

50.000 mots en 1h30 = 33.333 mots par heure, soit 555 mots par minute

555 x 0.8 = 444 mots par minute

Il s’agit là de la vitesse effective de lecture, soit la vitesse pondérée par la compréhension.

Une double correction de chaque copie est effectuée, afin de s’assurer d’une objectivité maximale de la part des arbitres.


JLV : Super ! Il ne me reste plus qu’à te souhaiter bonne chance !

NL : Merci et rendez-vous pour le championnat !


Nous souhaitons bonne chance à Nicolas et à toute l’association APAC pour que ces championnats se déroulent dans les meilleures conditions possibles, compte tenu des circonstances sanitaires.

J’ai la chance de pouvoir faire partie de l’équipe d’arbitres. Je pourrai ainsi vous décrire de l’intérieur comment se passent les épreuves !

Pour ceux que cela intéresse, voici un petit reportage sur le championnat 2019 de lecture rapide.

No responses yet

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.