Faut-il savoir par coeur pour le concours ?

« Savoir par cœur est idiot »

« Le par cœur ne sert à rien »

« Il ne sert à rien de savoir par cœur si l’on ne comprend pas »

Le monde de la pédagogie est habité depuis plusieurs dizaines d’années par un débat « pour ou contre le par cœur ? »

Débat que l’on formule généralement en ces termes : « vaut-il mieux comprendre ou savoir par cœur ? »

Evidemment, le débat a été tranché.

Pour tous les pédagogues, unanimes, il vaut mieux comprendre que savoir par cœur.

Haro donc sur le par cœur ! Il serait à bannir de nos écoles et de nos universités, et il n’aurait pas sa place dans l’apprentissage.

Qu’en est-il ?
Commençons par définir la notion (I), puis je vous dirai ce que je pense de cette question (II).

I. Le par cœur : définition


J’entends par « savoir par cœur » le fait d’avoir stocké une information dans sa mémoire et d’être capable de la restituer sur demande.
Je n’entends pas par « par cœur » une technique d’apprentissage basée sur la répétition

 Peu importe la technique, que vous utilisiez la répétition orale, les cartes mentales, ou la restitution écrite. A la fin, de deux choses l’une :

  • Soit vous savez
  • Soit vous ne savez pas


II. Un débat idiot


Ce que j’en pense ?

Je ne vais pas y aller par quatre chemins : le débat comprendre versus savoir par cœur est débile.

Et je pèse mes mots.

Je vais vous le démontrer. Imaginons ce petit dialogue, issu d’un oral de concours de la fonction publique territoriale :

  • Membre du jury : Pouvez-vous me dire quelles sont les compétences obligatoires des communautés d’agglomération ?
  • Candidat : Je les ai comprises, mais je ne les connais pas par cœur.
  • Membre du jury : …
Vous saisissez ?

Ce dialogue illustre bien, à mon sens, l’absurdité qu’il y a à opposer « savoir » et « comprendre ».

Il faut savoir et comprendre.

De plus, pour certaines informations, il n’y a rien à comprendre. Il faut les connaître, c’est tout.

Un autre exemple, tiré d’un oral du concours du CRPE :

  • Membre du jury : Pouvez-vous me citer tous vos supérieurs hiérarchiques, dans l’ordre, jusqu’au ministre ?
  • Candidat : Je les comprends, mais je ne les sais pas par cœur…


Bref. Sortons de ce débat stupide et mettons les choses au clair :
  • Il est bien évident qu’il faut comprendre ce que l’on apprend, car sinon on risque de dire des bêtises, que ce soit à l’oral ou à l’écrit. Pour s’assurer d’avoir bien compris, vous avez la méthode Feynman.
  • Il est tout aussi évident qu’il y a des connaissances à savoir, et que de deux choses l’une :
    • Soit on sait
    • Soit on ne sait pas
  • Il n’y a qu’une seule manière de savoir, c’est de stocker durablement l’information dans notre mémoire et d’être capable de la restituer sur demande. Pour apprendre sans oublier, vous avez la technique SRS.
  • Pour cela, il faut apprendre l’information correctement et être capable de la restituer « par cœur ». Si l’expression vous donne des boutons, vous pouvez en utiliser une autre, mais le fond restera le même.


Conclusion


Si vous pensez pouvoir réussir un examen ou un concours sans apprendre par cœur, vous faites fausse route.

Le pire, c’est qu’on vous incite à la prendre, cette fausse route, par pure idéologie.

Non, le par cœur n’est pas mort ; et oui, il y a toujours autant d’informations à retenir.

Tout candidat à un concours ou un examen devrait donc maîtriser des techniques de mémorisation qui permettent de savoir « par cœur ».

Je vous en parlerai dans de prochains articles.

D’ici là, je vous souhaite de bons apprentissages.

A bientôt,

Pierre

P.S : Si vous voulez découvrir des techniques de lecture rapide, d’apprentissage et de mémorisation, je vous invite à télécharger gratuitement mon ebook ici. La lecture rapide est un outil puissant qui vous aidera toute votre vie.

No responses yet

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.